Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

Conseils sur le matériel d'aquarelle 1858

L’AQUARELLE ET LE LAVIS par GOUPIL élève d’Horace VERNET  édité en 1858

 

Conseils sur les objets nécessaires à la réalisation d’aquarelles :

 

Un assortiment de couleurs ROWNEY

Une douzaine de feuilles de papier Whatmann

Deux douzaines papier ordinaire raisin

Un petit  et un grand stirator

Deux planchettes quart et demi-raisin

Deux éponges très fines

Un morceau de colle à bouche

Une douzaine de pinceaux assortis

Une demi-douzaine de hampes

Deux verres et leurs soucoupes

Une palette en faïence

Une bouteille de gomme

Une pastille de blanc léger : le blanc de zinc en gouttelettes de Madame Mantois est très recommandable

Une règle

Une équerre

Un canif

Un morceau de gomme élastique

Une douzaine de crayons Brockman ou Rowney. Les crayons Gilbert sont aussi excellents.  

 

REPRENONS :

 

Depuis 1783, la réputation de DALER-ROWNEY n ‘est plus à faire dans le milieu artistique.

De nombreux artistes très renommés comme Turner ont utilisé ces aquarelles.

79 nuances extrêmement résistantes à la lumière.

Ses propriétés sont le fruit d’une formule spéciale basée sur une solution aqueuse de gomme arabique contenant une suspension de pigments sélectionnés pour leur pureté.

 

Les papiers ont généralement un grammage d’au moins 300 g/m2 (jusqu’à 640)

 

Le papier aquarelle WATMANN : l’utilisation de feutres de laine naturelle lui donne un grain magnifique.

100% coton, gélatiné, ce papier a été créé pour avoir une haute résistance à l’eau.

(On peut encore en trouver)

 

 

Le « stirator »

 

 

 

LA COLLE A BOUCHE: "prenez une once de colle à poisson, deux grosses mesures de sucre candi blanc et un drachme de gomme adragante; prenez ensuite des rognures de parchemin bien nettes.

Versez une chopine d'eau claire par dessus, faites bouillir, filtrez cette eau et versez la sur les matières susdites. Faites les réduire à la moitié par la cuisson. Retirez le mélange du feu, faites-en de petites bandes. Cette colle, pour des raisons évidentes, pouvait-être aromatisée avec de l'essence de citron.

Pour l'employer, on la ramolissait dans la bouche en l'imprégnant de salive puis on la posait entre les parties que l'on voulait coller et qu'on enduisait en lui donnant un mouvement de va-et-vient. Il suffisait ensuite de frotter ces parties avec un corps dur et lisse, pour qu'elles adhèrent fortement.

Cette colle gélatineuse sèche était employée à froid pour coller le papier sur les planches à dessiner ou pour réunir plusieurs feuilles de papier les unes à la suite des autres.

 

C'est en 1834 que la maison Winsor et Newton de Londres, commercialisa LE BLANC DE ZINC sous l'appellation blanc de chine, présenté comme le meilleur blanc permanent pour les couleurs à l'eau.

Les impressionnistes ne considérait pas l'oxyde de zinc comme un blanc pur mais plutôt comme un agent permettant d'éclaircir les autres couleurs.

Le blanc de zinc garde sa blancheur originale non seulement dans l'aquarelle mais aussi dans la peinture à l'huile.

 

Les origines de la fabrique de crayons GILBERT remontent à 1826 et elles sont liégeoises (Belgique).

Après la fabrication de plumes à écrire et de cire à cacheter, elle s'oriente vers les crayons de plombalgine à Givet dès 1829.

 

(Le graphite, aussi appelé plombalgine est une variété de carbone cristalisé presque pur)

 

 

    

 



14/05/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 615 autres membres