Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

L'HISTOIRE DU CADRE

 

Le cadre signe l'achèvement d'une peinture.

 

En 2000 avant J.-C, c'est en Suède qu'apparaît pour la première fois la représentation d'un cadre, sur une pierre, par deux traits verticaux et deux traits horizontaux.

Au Moyen Âge, ce sont de véritables constructions qui entourent les oeuvres : retables, armoires, diptyques, triptyques, portes qui se referment sur les peintures.

 

 

 

En 1435, Léon Battista Alberti définit la peinture, dans le traité Della Pittura, comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre.

Du simple bâti de bois, le cadre devient baroque, sculpté, doré ou polychrome.

 

Le XVIIe siècle est la période faste du bois doré pour les cadres mais aussi pour le mobilier.

Il faut un doreur et un ornemaniste ou staffeur.

Ce dernier, qui est sculpteur, s'inspire des motifs architecturaux réalisés par les dessinateurs.

Puis le doreur suit fidèlement le travail de l'ornemaniste, en valorisant les volumes par des dorures mates et brillantes, cette phase est appelée  "brunissage".

Dorure à l'eau (détrempe) ou dorure à l'huile (mixtion).

Application de feuilles d'or, de cuivre, d'argent ou d'aluminium.

 

 

 

Les cadres seront étroitement liés au style de chaque époque :

 

Louis XIV

 

 

 

Louis XV

 

 

 

Louis XVI

 

 

 

Directoire

 

 

 

Empire

 

 

 

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le cadre est en bois doré, puis le plâtre sculpté le remplace.

 

Cette nouvelle technique de fabrication est réalisée à partir de colle, de papier et de plâtre coulé dans des moules.

Ces baguettes d'encadrement sont ensuite découpées aux dimensions et assemblées sur un bâti en bois.

Puis vers 1830, la modernisation entraînera une augmentation de la production.

Vers la fin du XIXe , les artisans sélectionnent des matières diverses comme la nacre, le métal repoussé, l'ébène, l'acajou, le bois noirci, l'écaille et le galuchat.

Du nom de l'inventeur : Jean-Claude Galluchat, qui en 1755 était le gainier du roi Louis XV.

C'est un cuir de poisson cartilagineux (raie ou requin) utilisé en ébénisterie, gainerie et maroquinerie.

Les peaux de poisson étaient déjà très utilisées en Extrême-Orient dès le VIIIe siècle.

 

 

 

 

 

Toujours utilisé de nos jours...

 

 

 

D'abord sculptée à la main, la fabrication des baguettes devient mécanisée.

Les cadres étaient pompeux, dorés et c'est Degas, qui, refusant ce type d'encadrement, lance la mode des cadres bleu clair ou vert d'eau.

Certains peintres les peignent eux-mêmes, pour obtenir une harmonie avec les couleurs de leurs tableaux.

Seurat peint les cadres avec une complémentaire de son tableau.

 

"Le cirque" 1891 a une bordure bleu vif.

 

 

 

La révolution impressionniste, s'est aussi exprimée par le cadre.

 

Le cadre doit mettre en valeur l'oeuvre, mais rester discret, pour ne pas nuire à la beauté de la peinture...







17/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 605 autres membres