Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

L'HISTOIRE DU SOURIRE DANS L'ART

Dans l'Antiquité (à partir du VIe siècle) les sculptures "sourient".

 

Ebih-II (vers 2340 avant J-C) Statue découverte en Syrie en 1934.

Sculpté dans un bloc d'albâtre. Les iris en lapis-lazuli et le tour des yeux marqué au bitume.

 

 

 

image-4

 

 

 

 

En Occident, durant la période du Moyen-Âge, les religieux ne veulent pas voir de sourires sur les peintures ou les sculptures, car la bouche est liée au péché originel, à la gourmandise : Eve a croqué le fruit défendu...

 

Une sculpture fera exception : "L'ange au sourire" (1240) Sur la façade de la cathédrale de Reims.

 

 

 

reims_sculpture_angel_medieval

 

 

 

A la Renaissance, dans les tableaux religieux, les sourires des madones sont tolérés car ils font référence à l'amour maternel et au sacré.

 

 

"La Madone avec saint Georges" de CORREGE (1489-1534) Italien

 

 

 

madone-a-l-enfant-et-saint-jean-baptiste-1514-1519-correge-milan-castello-sforzesco

 

 

 

 

Les deux premiers tableaux qui sortiront de ce cadre :

 

 

"Portrait d'un homme qui rit" (1470) par Antonello de MASSINA (un rictus plutôt qu'un sourire)

 

 

homme-qui-rit_antonello-da-messina

 

 

 

 

Et la célèbre "Joconde" de Léonard de VINCI

 

 

leonard_de_vinci_-_la_joconde_1080

 

 

 

 

 

Des peintres hollandais comme Frans HALS (1582-1666) vont peindre la classe populaire souriante

 

 

frans-hals-deux-garcons-riants-musee-hofje-van-mevrouw-van-aerden-copyright-photo-rkdimages

 

 

 

sourire36-bouffon-bohemienne-hals

 

 

frans-hals_wedding-portrait-of-isaac-abrahamsz-massa-and-beatrix-van-der-laan

 

 

 

 

 

"The merry drinker" Hendrick ter BRUGGHEN (1588-1629) Néerlandais

 

 

Hendrick_ter_Brugghen_-_The_Merry_Drinker_-_Google_Art_Project

 

 

 

 

 

Le portrait devient à la mode pour se mettre en valeur et les commandes affluent.

 

On ne montre pas ses dents. Seuls les personnages de la classe populaire comme les buveurs dans les tavernes ou les saltimbanques peuvent rire à gorge déployée.

 

Les sourires francs ne sont pas considérés comme convenables.

 

On demande aux femmes de la bonne société, de rire sans ouvrir la bouche sinon elles seront comparées à des femmes de petite vertu.

 

Une autre raison : les dentitions n'étaient pas forcément esthétiques. 

Il n'était pas rare de commencer à perdre ses dents vers l'âge de 40 ans. 

Les soins dentaires étaient rudimentaires et l'hygiène inexistante.

 

Au XVIIIe siècle, un groupe se crée sous le nom de "dentistes" au lieu "d'arracheurs de dents".

Ils vont recommander l'utilisation d'une brosse à dents.

 

Nicolas Dubois de CHEMANT (1753-1824) inventera , à la place du dentier en ivoire, le dentier en porcelaine inspiré des techniques de la manufacture de Sèvres.

 

 

nicolas-dubois-de-checc81mant

 

 

 

10-histoire-fig

 

 

 

Quand vous découvrirez des portraits peints dans les musées, regardez les sourires...ou pas...



07/06/2022
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 489 autres membres