Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LA DENTELLE DANS LA PEINTURE

 

La première ébauche de dentelle apparait au XIIIe siècle, broderie venue d'Orient.

Pour réaliser les plus belles dentelles, il faut un fil de lin extrêmement fin et de grande qualité.

Les premiers écrits sur la dentelle en Belgique, remontent au XVe siècle, lorsque Charles Quint décréta que les techniques de dentelle devaient être enseignées dans les écoles et les couvents.

La dentelle arrive d'Italie en 1540.

Au XVIe siècle le linge de dessous devient visible et les brodeuses vénitiennes le travaillent avec légèreté.

 

"Marie Madeleine" Le Caravage 1595

 

 

 

Au XVIe siècle et surtout au XVIIe siècle, la folie de la dentelle a frappé toutes les cours d'Europe.

Les dames espagnoles portent jusqu'à 12 jupons garnis de dentelle d'or ou d'argent.

Pour cacher une cicatrice au cou, Henri II lance la mode de la "fraise", mais c'est sous Henri III qu'il est désormais impossible d'apercevoir ses pieds ou de manger, vu les proportions énormes de ce col.

 

 

 

 

 

"Louis XIII" par Simon Vouet

 

 

 

Louis XIII lance la mode de la dentelle aux bottes.

Henri Coiffier de Ruzé, marquis de Cinq-Mars et favori de Louis XIII porte 300 ornements de dentelle sur les siennes.

 

 

 

Dès les premières années du XVIIe siècle, la dentelle est adoptée par les cours européennes : jabots, tours de gorge, manchettes.

Sous Louis XIV, Colbert crée en 1665, une manufacture royale et débauche des dentellières vénitiennes.

 

"Portait d'un couple" F.Quesnel 1610

 

 

 

Rembrandt met au point une méthode plus efficace pour peindre les dentelles : il étend de larges garnitures de blanc avant de peindre légèrement en noir pour mettre en évidence les motifs.

On peut aussi peindre en blanc par dessus une couche de noir et gratter le blanc avec l'extrémité de la brosse pour représenter les motifs.

 

 

 

 

 

Sous Louis XV, les manchettes appelées "pleureuses" sont flottantes, bouffantes, vaporeuses et permettent de "tricher" aux cartes...

 

 

 

 

 

 

 

"Portrait de Bossuet" H. Rigaud 1702

 

 

 

 

"Philippe Coypel" peint par son frère Charles Antoine Coypel (1694-1752)

 

 

 

 

 

"Madame Ramsay" par son mari le peintre Ramsay (1713-1784)

 

 

 

"Portrait de Marie Antoinette" par Marie Elisabeth Louise Vigée-Lebrun

 

 

 

La dentelle n'existerait pas s'il n'y avait pas au début, un trait, une esquisse puis un dessin du motif.

Ce dessinateur de dentelles s'appelle un "Esquisseur".

Son matériel : mines de plomb, fusains et papier calque.

 

Esquisse de Henry Ball Carrier-Belleuse, esquisseur à Calais dans les années vingt.

 

 

 

 

 

 

 

A notre époque de l'ordinateur, le DAO (dessin assisté par ordinateur) prend la main, mais rien ne remplacera jamais le simple, mais précieux crayon...



24/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 684 autres membres