Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LA PERSPECTIVE EN PEINTURE

LA PERSPECTIVE EN PEINTURE

 

LA PERSPECTIVE: Représenter un objet en trois dimensions sur une surface, en tenant compte des effets d'éloignement par rapport à l'observateur.

 

La découverte des lois de la perspective par les artistes de la Renaissance (qui sont à la fois peintres, architectes, sculpteurs et théoriciens) constitue une véritable révolution esthétique qui témoigne de la nouvelle vision du monde des hommes de cette époque.

Représenter le monde tel qu'il se voit à travers un oeil humain en créant l'illusion de la profondeur sur une surface plane.

Jusqu'au début du XIVe siècle, les peintres n'ont pas le souci de la véracité. Au Moyen Âge, il n'y a pas de système de perspective. L'art cherche à traduire un univers symbolique. Le "peuple" qui dans sa grande majorité ne sait pas lire, trouve dans les peintures ce qui l'instruit.

Un même personnage peut apparaître plusieurs fois et sa taille déterminée par sa postition dans la hiérarchie sociale ou religieuse. Les personnages sont souvent placés sur un même plan ou empilés les uns sur les autres niant ainsi toute réalité de l'espace.

 

Années 1308-1311 "La Maesta" réalisée par Duccio di Buoninsegna.

 

 

 

Dans la partie basse, la perspective n'est pas maîtrisée (escalier, arche sous l'arche à gauche).

 

De même avec ce tableau de Giotto "Le rêve de pharaon" on voit que les lignes de perspective vont vers un point central (mais pas le bon).

 

 

La Renaissance voit naître des traités qui vont révolutionner la peinture.

C'est Philippo Brunelleschi (1377-1446) peintre, orfèvre et architecte qui exposa le premier les principes de la perspective.

La véritable explication mathématique et géométrique de la perspective sera réalisée par le théoricien et architecte Léon Battista Allberti (1406-1472) dans son traité de "Pictura" (1435).

Il y explique que l'oeil constitue le point de vue à partir duquel se construit une pyramide visuelle.

Lorsqu'on dessine en perspective, plus les objets sont éloignés dans l'espace plus ils semblent petits.

 

La perspective atmosphérique

 

Léonard de Vinci a été le premier à formuler l'illusion d'éloignement.

En règle générale, plus un plan est proche plus il apparaitra sombre et contrasté.

Le peintre joue ensuite avec des dégradés et des couleurs estompées.

Il peut également jouer avec les tons des couleurs : les couleurs chaudes s'utilisent au premier plan et les couleurs froides (vert et bleu) suggèrent l'éloignement du fond.

Créer avec une précision scientifique une illusion tridimentionnelle définie par la position du spectateur connaît immédiatement un grand succès.

 

La fresque de "La Sainte Trinité" du peintre florentin Masaccio '1401-1428) offre la première oeuvre picturale utilisant les règles de la perspective.

 

 

 

TECHNIQUE

 

L'horizon se matérialise sur notre dessin par un trait horizontal et l'horizon est toujours à la hauteur des yeux qui regardent le modèle. (pour savoir où passe l'horizon il suffit de regarder droit devant vous et de regarder ce qu'il y a au-dessus et au-dessous).

 

A hauteur d'homme, l'horizon se trouve légèrement plus bas que le centre de la page.

Si l'on regarde d'un point de vue élevé (avion, colline) la ligne d'horizon se trouvera plus haut placée.

Si l'on regarde d'un point de vue abaissé (accroupé) la igne d'horizon sera plus basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perspective est utilisée dans de nombreux domaines :

 

Le trompe l'oeil

 

 

 

 

Les décors de théatre 

 

 

 

 

L'Anamorphose

 

Image déformée par effet optique.

Représentation d'un objet dont l'apparence normale peut-être rétablie lorsqu'on regarde l'image sous un certain angle.

Les premières anamorphoses datent de la Renaissance, vers la fin du XVe siècle et découlent de la perspective.

Au XVe siècle, Piero Della Francesca, peintre italien, mène une série de travaux sur la perspective.

Dürer, artiste allemand, compare l'anamorphose à un art de la "perspective secrète".

Au XVIè siècle, on en trouve les premiers exemples chez Léonard de Vinci, mais l'anamorphose la plus connue est celle qui apparait dans le tableau de Hans Holbein (1497-1543) :

 

"Les Ambassadeurs" 1533 grand panneau en bois constitué de 10 planches.

 

 

 

 

 

 

 

Si on se place sur le côté gauche de la toile on peut voir un crâne en perspective (en bas l'objet oblique)

 

A notre époque, voir en "3 D" nous semble normal, mais il faut toujours un point 0.

Ne pas oublier ces découvertes majeures ni ces hommes qui les premiers ont regardé, compris, trouvé et analysé ce qui les entourait.

Ils ont fait avancer la connaissance par leur regard, le dessin et la peinture.



26/08/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres