Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LES GLACIS A L'AQUARELLE

LES GLACIS A L'AQUARELLE

 

Avant de parler des glacis, je voudrais reprendre la base des couleurs et leur implication autant dans la peinture à l'huile qu'à l'aquarelle.

Vous verrez que cela aura un intérêt dans les deux disciplines.

 

Un petit rappel d'histoire :

 

De l'antiquité grecque jusqu'au XIXe siècle, les couleurs étaient extraites des minéraux, des végétaux et des petits animaux.

 

Le POURPRE était extrait d'un coquillage : le murex.

Le ROUGE était vermillon, car il provenait d'un ver qui se développait sur le chêne Kermès, qui devint

CRAMOISI.

Le CARMIN tiré d'une cochenille, un parasite d'un cactus d'Amérique du sud.

 

Le BLEU a d'abord été tiré de minéraux (lapis lazuli)

Ensuite on l'a fabriqué à partir de plantes comme le pastel, cultivé entre Toulouse, Albi et Carcassonne.

Le pastel a été remplacé au début du XVIIe siècle par l'INDIGO une plante qui venait de l'Inde.

L'Indigo s'est répandu sous la forme de Bleu de Gênes et de Bleu de Nimes. (le "denim" des jean's...)

Puis à la fin du XIXe siècle ce sont les couleurs synthétiques qui apparaissent.

 

Le Jaune de Naples a été produit à Thèbes (1500 avant JC) : antimoine de plomb.

 

Quand la peinture à l'huile fait son apparition avec Jan van Eyck, on broie dans les ateliers, des carbonates, de l'hématie, du minium pour réaliser des rouges, des terres ocres jaunes, du sulfure d'arsenic ou orpiment, pour obtenir des jaunes.

 

Les pigments synthétiques prennent leur essor en 1856 avec la découverte par un jeune chimiste, William Henry Perkins, de la mauvéine, un dérivé de l'aniline (isolée pour la première fois en 1826 par Otto Unverdorben, par distillation de l'indigo. En 1834, Friedrich Runge parvint à isoler du goudron de  houille une substance qui une fois traitée par du chlorure de chaux prend une couleur bleue. Il la baptisa Kyanol ou cyanol : le bleu de cyan fut créé).

 

Ce colorant "la mauvéine" fut mis à la mode grâce à la Reine Eugénie qui trouvait que le mauve s'accordait bien avec ses yeux.

Cela devint la couleur favorite de l'époque Napoléon III.

 

Revenons à l'aquarelle :

 

Ne pas confondre LAVIS et GLACIS.

 

Le lavis uni s'applique mouillé sur du papier sec de haut en bas régulièrement.

 

 

 

Le lavis dégradé s'applique de la même façon que le lavis uni mais en augmentant ou en diminuant l'intensité de la couleur au fur et à mesure que l'on descend vers le bas de la feuille.

 

 

 

Le lavis mouillé s'applique sur une feuille mouillée préalablement.

 

 

 

 

 

 

PRIMAIRES                    COMPLEMENTAIRES                                          TERTIAIRES

 

BLEU  (outremer)              (JAUNE+ROUGE)=             ORANGE                 (BLEU+ORANGE)=      GRIS

 

JAUNE  (de cadmium)        (ROUGE+BLEU)=               VIOLET                   (JAUNE+VIOLET)=      GRIS

 

ROUGE   (magenta)            (JAUNE+BLEU)=                 VERT                     (ROUGE+VERT)=       GRIS

 

 

 

 

COULEURS DE BASE:

 

 

 

 

Comme pour l'huile, on trouve des aquarelles "transparentes" ou "couvrantes".

 

COULEURS TRANSPARENTES :

 

-JAUNE AUREOLINE

-GARANCE ROSE

-BLEU COBALT

-VERT EMERAUDE

-CRAMOISI D'ALIZARINE

-BLEU WINSOR

-VERT WINSOR

-JAUNE CADMIUM

-ORANGE CADMIUM

-ROUGE CADMIUM

 

COULEURS OPAQUE

 

-BLEU OUTREMER

-ROUGE CLAIR

-ROUGE INDIEN

 

COULEURS SEMI-OPAQUES

 

-SIENNE NATURELLE

-SIENNE BRULEE

 

LE GLACIS: est une fine couche de couleur transparente, que l'on va étendre sur une couleur déjà sèche pour augmenter progressivement la couleur sans perdre la transparence de l'aquarelle.

 

 

 

 

 

 

 

Même technique que pour l'huile, à la différence que l'aquarelle sèche beaucoup plus vite.

 

Pour obtenir une ombre propre, peindre en jaune sur les zones de lumière et d'ombre.

Quand le jaune est sec, poser un glacis léger de la complémentaire (violet) cela donnera un jaune lumineux à travers l'ombre.

 

EXEMPLE:

 

J'ai réalisé ce croquis dans une gamme de jaune orangé. J'ai préparé un premier glacis violet clair que j'ai passé par endroit sur le jaune orangé sec. (JAUNE couleur primaire, VIOLET couleur complémentaire du jaune).

 

 

 

On voit déjà la lumière du jaune orangé qui ressort.

 

 

J'ai refait un glacis toujours dans le violet mais plus foncé que j'ai appliqué sur le premier violet sec.

 

 

 

 

 

 

La lumière à droite sur le voile est plus intense avec le deuxième violet, et l’ombre qui part du dessus de la tête, puis sur le visage et qui se finit sur l’épaule, apporte une luminosité sur le visage et le bras.

 

Le deuxième violet tout comme le premier se fait d’un trait de pinceau sans hésiter, une bande qui part du haut jusqu’à l’épaule et qui s’arrête net au bord du bras.

J’espère que mon exemple est compréhensible.

 

Vous avez compris qu’à partir des 3 couleurs primaires vous allez pouvoir créer un nombre infini de dégradés de couleurs, qui seront VOS couleurs.

 

Encore un exemple :

 

 

 

 

 

Selon que vous diluerez avec plus d’eau ou plus d’une des deux couleurs vous obtiendrez des demi-tons très intéressants….

Vous vous créerez des tons de terre ou des verts uniques et proches de la nature, pas des verts  « clinquants » , artificiels.

 

 

 

 

 

 

J’ouvrirai bientôt le forum  sur mon blog, où vous pourrez poser vos questions, je vous donnerai la procédure à suivre et vos suggestions seront bienvenues pour les prochains articles, qui je l’espère vous intéressent.

 

Merci à vous pour votre visite.

 

 

 

 

 

 



27/06/2012
26 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 639 autres membres