Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

HISTOIRE DES CARNETS DE VOYAGES

 

Un carnet de voyage est un recueil d'impressions et de croquis dessinés ou peints sur un carnet.

Il témoigne d'un périple en France ou à l'étranger, jour après jour, on y écrit des commentaires, on colle des tickets de bus, des billets d'entrée au théatre, une fleur, un timbre et on "croque" ce qui nous plait

(monuments, paysages ou personnages typiques).

 

 

 

 

 

Il doit être fait avec beaucoup de spontanéité et de fraîcheur. On ne reprend pas les dessins pour ne pas perdre ce côté "fait rapidement".

On peut créer un carnet autour de chez soi si on ne peut voyager : sa rue, ses commerçants, les clients, les passagers de son bus, le chat du voisin dans différentes positons.

Tout est matière à croquis, depuis une terrasse de café, le bord de sa fenêtre ou sur la plage...

Arriver à croquer une attitude, trouver très vite le mouvement (éviter au maximum la gomme, reprendre le mouvement sur le précédent dessin) et une touche d'aquarelle sera bienvenue, ne pas forcément tout colorier...

 

A la Renaissance, les peintres Italiens font le tour de l'Italie pour s'inspirer des ruines romaines et antiques, qu'ils dessinent et annotent sur des carnets.

Léonard de Vinci fait du carnet scientifique et du carnet artistique sur des codex (livre résultant de l'assemblage de manuscrits, d'abord en parchemin, puis en papier et numéroté).

 

 

 

Un autoportrait de Léonard dissimulé dans ses carnets vient d'être découvert par un journaliste Italien qui étudiait le codex sur le vol des oiseaux, écrit entre 1480 et 1505. Il remarque la présence d'un nez au milieu de la page.
Les techniques scientifiques déployées pour faire apparaître le visage ont été celles de la police scientifique...

 

 

 

 

 

Au XVIIIe siècle, le support du carnet sert aux naturalistes voyageurs qui font des planches botaniques et zoologiques et ils diffusent ainsi leurs découvertes géographiques faites au-delà des mers.

L'art au service des sciences...

 

Alexander von Humboldt (1769-1859)

 

 

 

 

 

Les aquarellistes anglais du XIXe siècle voyagent en Europe et s'inspirent des paysages, et c'est Turner 

(1775-1851) qui lance le carnet de voyage à l'aquarelle.

 

 

 

"Norham castle sunrise" 1845

 

 

 

"Le château de Dolbadem"1799

 

 

 

 

L'avantage de l'aquarelle vien du fait qu'il faut peu de matériel : eau, boite de couleurs, pinceaux et petits carnets, matériel que l'on peut mettre dans sa poche ou dans un sac et surtout des touches rapides sur des croquis qui sèchent très vite.

Turner suggérait la réflexion de la lumière et sa transparence éphémère.

 

 

 

Les écrivains dessinateurs:

 

Victor Hugo

 

 

 

 

 

 

 

Quelle puissance dans le dessin et les couleurs, souvent à partir d'une tache de couleur...

 

Les frères Goncourt, carnettistes à quatre mains en Italie et en Orient.

 

 

 

Grâce aux carnets de voyages, la connaissance du monde a changé. 

Ce qu'il y avait de mystérieux au-delà des mers (plantes, populations, géographie) a pu être montré au plus grand nombre ce qui permit d'ouvrir les esprits.

Les ethnologues dessinaient avec exactitude ce qu'ils voyaient, les aquarellistes grâce à la rapidité du geste dans leurs croquis, ont donné une transparence, une lumière et un mouvement aux beautés qui les entouraient.

 

De nos jours, les carnets de voyages se vendent partout.

Avec spirales, en accordéon, dans tous les formats et on peut aussi les fabriquer soi-même.

 

 

 

 

 

LES FONCTIONS DU CARNET DE VOYAGE :

 

Au début, les peintres faisaient des croquis à l'extérieur pour réaliser les oeuvres en atelier.

Avant le XVIIIe siècle, les grands découvreurs et voyageurs utilisent le dessin pour faire découvrir d'autres horizons.

 

A notre époque, le carnet de voyage peut aussi être un moyen pour dénoncer et sensibiliser grâce à l'art, le massacre d'animaux sauvages et la destruction de la faune africaine.

Peter Beard, photographe américain (1938) qui a collaboré avec Andy Warhol et le peintre Francis Bacon, réalise des carnets où sont associés des textes manuscrits, des montages photographiques et des incrustations de matériaux.

Carnets parfois choquants, qui décrivent en détail les atrocités des braconniers contre les animaux sauvages, écrits parfois avec leur sang, mais qui à leur façon ont contribué à changer le cours de l'histoire et mobilisé des personnes à s'engager à ses côtés pour protéger ces espèces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit trucs "perso" :

 

Quand je voyage, j'ai dans ma trousse d'aquarelle, deux pots pour l'eau (petits et légers) qui bien vissés ne coulent pas : des boîtes que les filles connaissent bien...Hé! Oui ! destinés au départ pour le prélèvement d'urine...

 

 

 

Autre truc, quand on est vraiment nomade pour aquareller : le stylo-pinceau avec réserve d'eau. Il suffit de presser le corps du stylo pour faire descendre l'eau jusqu'aux poils du pinceau.

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


07/12/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 639 autres membres