Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

L'ACADEMIE JULIAN

 

L'Académie Julian est une école privée de peinture et de sculpture, fondée à Paris en 1867, par le peintre français Rodolphe Julian (1839-1907).

 

 

 

 

 

Elle est restée célèbre pour le nombre et la qualité des artistes qui en sont issus pendant la grande période d'effervescence dans les arts au début du XXe siècle.

 

Située tout d'abord au passage des Panoramas dans le 9e arrondissement de Paris, l'Académie ouvrira par la suite deux autres ateliers, l'un au 31 rue du Dragon dans le 6e, l'autre au 51 rue de Vivienne dans le 2e, ce dernier ayant la particularité d'accueillir les femmes à partir de 1880.

 

Petite histoire dans la grande Histoire, mon arrière grand mère dont vous avez pu voir les oeuvres dans l'article : "mon arrière grand mère" dans la catégorie : "peintres que j'aime", a suivi des cours de peinture dans cette académie et elle habitait cour du Dragon, à Paris.

 

 

 

Pour les jeunes femmes, l'Académie constituait la seule alternative aux cours offerts par l'Ecole des Beaux-Arts, l'entrée dans cet établissement leur étant proscrite jusqu'en 1897. Elles avaient en outre la possibilité de peindre des nus à partir de modèles masculins, preuve d'un laxisme intolérable aux yeux des instances officielles.

 

 

 

 

 

Afin d'économiser de l'argent aux contribuables en décourageant l'inscription d'étudiants étrangers, l'Ecole des Beaux-Arts imposait de surcroît à ses candidats, une épreuve de langue française réputée très difficile, ce qui fit que l'Académie Julian attira un grand nombre d'étudiants venus de tous les pays d'Europe aussi bien que du continent américain.

Enfin l'Académie accueillait non seulement les artistes professionnels, mais aussi les amateurs compétents désireux de perfectionner leur art.

De par la qualité de ses enseignants, l'Académie Julian acquit rapidement une certaine renommée.

Elle put ainsi présenter ses élèves au Prix de Rome tout en servant de tremplin à ceux qui ambitionnaient d'exposer dans les Salons ou de se lancer dans une carrière artistique.

La discipline n'était toutefois pas son point fort. Les étudiants le plus souvent livrés à eux-mêmes, se faisaient remarquer par leurs canulars et leurs défilés dans les rues de Paris, les scandales se succédant jusqu'en pleine Belle Epoque.

Cela n'empêcha pas un groupe de jeunes peintres rebelles de devenir célèbre sous le nom de "Nabis" dès 1888.

D'autres grands noms de la peinture restent associés à l'Académie Julian, entre autres ceux de :

 

Villon      


 

 

 


Matisse

 

 

 

L'Académie Julian sera fermée pendant la seconde Guerre Mondiale et deux de ses ateliers vendus en 1946. Le reste de l'Académie fait maintenant parti de l'ESAG Penninghen.

 

LE PRIX DE ROME :

 

C'est une bourse d'étude pour les étudiants en art.

Le prix de Rome fut initié en 1663 en France sous le règne de Louis XIV sous la forme d'une récompense annuelle pour de jeunes artistes prometteurs (peintres, sculpteurs et architectes) qui prouvaient leur talent en effectuant des concours éliminatoires très difficiles.

Le prix était organisé par l'Académie Royale de peinture et de sculpture et était ouvert à ses élèves.

Le lauréat gagnait un séjour de quatre ans au Palais Mancini (Académie de France à Rome), créée par Colbert en 1666, aux frais du roi de France. Elle porte désormais le nom de "Villa Médicis".

 

 

 

LE MOUVEMENT NABI :

 

Ce mouvement que l'on désigne souvent par les "Nabis" est un mouvement artistique postimpressionniste d'avant garde, né à la fin du XIXe siècle, en réaction contre la peinture académique et qui perdurera jusqu'au début du XXe siècle.

C'est vers 1888 que le terme "Nabis" qui veut dire en hébreu : intellectuel ou inspiré de Dieu, fut proposé par le poète Henri Cazalis comme nom à un cercle de jeunes peintres, fondé par Paul Sérusier.

 

 

 

Il est l'auteur de la toile "Le Talisman" 1888 (Musée d'Orsay)

 

 

 

Ce tableau fit naître des débats enflammés avec les autres étudiants de l'Académie Julian sur le rôle sacré de l'art et de la peinture.

Les Nabis se caractérisent par l'utilisation de grands applats de couleurs "sorties du tube", sans mélange.

La lumière prédominante dans les tableaux, préfigure la lumière spirituelle.

Ils s'intéressent à l'orientalisme et au japonisme.

Peintres Nabis célèbres :

 

Bonnard

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ranson (japonisant)

 

 

 

Denis

 

 

 

 


 

Ibels

 


 

La suite logique de cet article sera l'histoire des femmes peintres....


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



04/11/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres