Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LE PORTRAIT

 

Le mot portrait vient du verbe "portraire" utilisé au XIIe siècle dans le sens de dessiner.

Il représente une personne réelle avec la volonté de fixer avec réalisme les traits de cette personne.

A l'origine, sa fonction est essentiellement religieuse.

Durant le Moyen Âge chrétien, le portrait pose des problèmes par rapport au sacré.

L'image semble être un support à des pratiques magiques. Les princes et les hommes d'église considèrent avec méfiance le portrait.

L'effigie de l'homme vivant réapparait dans l'art par le biais de représentations religieuses.

Les papes introduisent leur propre image à côté de celles des saints.

Il faut attendre le XIVe siècle en France pour que le portrait se libère de toute connotation religieuse.

 

L'oeuvre que l'on considère comme le premier portrait individuel à part entière est celui de Jean le Bon, qui fut roi de France de 1350 à 1364.

C'est un petit panneau de bois conservé au musée du Louvre, il représente la tête du roi de profil, sur un fond neutre, sans aucun attribut ni accessoire.

C'est le plus ancien portrait peint en Occident. L'auteur est anonyme, le sujet illustre...

 

 

 

 

 

Au début du XVe siècle, les artistes sont au service des rois, princes et des notables.

La figure humaine est alors l'élément principal du tableau.

Le regard tourné vers le spectateur se généralise vers la moitié du XVIe siècle.

Il a un rôle important car il accentue l'effet du réel et crée un lien direct avec le spectateur.

 

"Portrait d'une dame" de Rogier van der Weyden (1400-1464)

 

 

 

Toujours de Rogier van der Weyden

 

 

 

Le portrait de cour se développe aux XVIe et XVIIe siècles.

Courtisans, personnes désireuses de reconnaissance sociale, issus de la noblesse et de la grande bourgeoisie, constituent la clientèle des peintres qui se spécialisent dans ce genre.

 

PORTRAITS ALLEGORIQUE ou SYMBOLIQUE :

Un souverain représenté en "César", se sert du portrait comme instrument devant servir sa gloire.

 

PORTRAITS D'APPARAT :

Fonction ou représentation sociale.

 

PORTRAITS CARICATURE.

 

Au XVIe siècle, Venise impose un style international du portrait. Cela devient un art de cour.

Certains peintres deviennent "peintre du roi".

La pose se diversifie, les riches marchands anglais aiment cette peinture du portrait et n'hésitent plus à en commander.

Cette mode s'étend dans toute l'Europe, y compris en France, où cependant cette pratique n'est pourtant pas classée par l'Académie parmi les genres nobles que sont la peinture d'Histoire ou la peinture mythologique.

 

Au XVIIe siècle, c'est l'âge d'or du portrait.

Si les grands continuent à commander leur portrait, les représentations de la famille  et de l'enfance commencent ainsi que la représentation des gens de théâtre.

 

Au XVIIIe siècle la mode du portrait au pastel, connait un essor sans précédent, sous l'influence de Quentin de la Tour.

Ce dernier ne traite souvent que la tête du modèle, quelle que soit sa condition sociale.

Quentin de la Tour (1704-1788) est spécialisé dans l'art du portrait et dans la technique du pastel.

Né à Saint-Quentin, il s'installe à Paris. En 1727, ses portraits brillants sont remarqués à la cour de Versailles et il devient le portraitiste officiel de :

 

Louis XV

 

 

 

 

 

 

"La Pompadour" grand pastel en pied (1755)

 

Il s'agit d'un portrait presque à échelle, d'une grande dimension.

La technique du pastel ne permet pas de faire des grandes surfaces.

Le pastelliste part du centre de la feuille et va vers les bords.

Pour faire une grande surface, il faut raccorder plusieurs feuilles.

Pour que les raccords soient discrets, le bord de la feuille n'est pas coupé droit, mais déchiré irrégulièrement.

Si les pastels utilisés ne sont pas de même composition, ils s'altèrent différemment et avec le temps le raccord devient visible.

La feuille de la tête, n'a pas exactement le même bleu que le fond et l'on dirait que de la vapeur monte des épaules de la Pompadour.

 

 

 

Esquisse au pastel du visage de la Pompadour.

 

Autres portraits au pastel de Quentin de la Tour :

 

 

 

 

 

 

 

 

"Tout portrait qu'on peint avec âme est un portrait non du modèle mais de l'artiste" Oscar Wilde 

(le portrait de Dorian Gray 1890)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



27/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres