Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

L'ORIENTALISME 2

L'ORIENTALISME 2

 

La plupart des peintres furent vite pris par le démon du voyage.

Ils accumulèrent les séjours, entreprirent de véritables expéditions.

Très vite, certaines villes furent très accueillantes pour ces artistes : Le Caire possédait même des ateliers.

L'artiste réalise alors des croquis ou des aquarelles pendant son expédition et exécute les travaux définitifs à son retour de voyage, en atelier.

Certains utilisent même la toute nouvelle technique de la photographie à la place des traditionnels croquis.

Les artistes, pour améliorer la qualité de leur travail collectionnent les objets et costumes locaux qui leur serviront à peaufiner les détails de leurs oeuvres.

Le travail sur place pose des problèmes au début du XIXéme siècle.

En effet, bien qu'il ne soit pas difficile de dessiner des paysages, il est plus problèmatique de dessiner des personnages. La religion musulmane interdisant la représentation des personnes, faire des croquis d'un musulman sans sa permission pouvait se révéler dangereux. Les artistes réalisent des croquis en cachette.

Delacroix et bien d'autres utilisent des modèles juifs, en nombre important dans le Maghreb.

 

 

 

Tableaux INGRES

 

 

 

 

 

Certains peintres partagent la vie des populations pauvres du désert pendant plusieurs années afin de restituer au mieux les scènes de leur vie et d'autres s'installent définitivement en Orient.

C'est le cas de Jacques Majorelle (fils du célèbre ébéniste nancéien Louis Majorelle) qui a créé le fameux "jardin Majorelle" à Marrakech.

C'est en 1917 qu'il se rend pour la première fois au Maroc, et c'est grâce à Emile Friant et au général Lyautey, qu'il peut s'y installer.

 

 

 

Jacques MAJORELLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques MAJORELLE 

 

 

Charles COURNAULT (1815-1904)

 

Artiste peintre, il fut l'élève d'Eugène DELACROIX. Fortement influencé par ce dernier il part en Algérie entre 1840 et 1846, il rapporta de magnifiques dessins rehaussés d'aquarelle. Il se marie en 1852 avec Adélaïde Hamberger, dont la famille possède une propriété en bord de Meurthe. Il transforma cette maison familiale qui ressemblait à un chalet en maison de style mauresque : la Douëra (petite maison en arabe). 

Le portail est d'inspiration byzantine, le portique d'influence arabo-andalouse et des banquettes d'angle rappellent l'intérieur des mosquées maghrébines.

L'habillage des cheminées, les portes tout est découpé et orné de frises, motifs géométriques et autres arabesques colorées, mais aussi d'écritures saintes calligraphiées en arabe et autres hommages à des sages orientaux.

Charles COURNAULT également conservateur du Musée Lorrain de Nancy, a rédigé en dix volumes des planches archéologiques aquarellées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DELACROIX lui légua des coffres remplis d'objets (sabres, costumes...)

 

Cette maison est maintenant dédiée aux expositions.

 
Paramètres
§
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0
-
=
Backspace
 
Tab
q
w
e
r
t
y
u
i
o
p
[
]
 
Return
 
 
capslock
a
s
d
f
g
h
j
k
l
;
'
\
 
shift
`
z
x
c
v
b
n
m
,
.
/
shift
 
 
English
 
 
alt
alt
 
 
Paramètres


26/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 676 autres membres