Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LA TECHNIQUE DE LA TEMPERA

LA TECHNIQUE DE LA TEMPERA

 

Au Moyen Âge, on peignait à la tempera.

La tempera signifie en italien "à la détrempe" et désigne toute peinture dont le diluant est de l'eau, de la gomme, de la colle, de la caséine (substance protéique du lait) ou de l'oeuf.

Les artistes fabriquaient leurs couleurs à partir de substances provenant de la terre, des plantes et d'animaux.

Les panneaux sur lesquels ils peignaient étaient en bois et devaient d'abord être enduits d'une préparation à base de carbonate de calcium (plâtre), de craie ou de couleur avant d'être peint.

Les pigments qui sont la substance colorée de la peinture, se présentent le plus souvent sous forme de poudre et sont constitués d'éléments organiques ou minéraux finement broyés.

Il faut donc une substance pour les agglutiner, assurer la cohérence du mélange et lui permettre d'adhérer au support.

Au XVe siècle, cette technique était aussi utilisée sur toile.

La tempera est une technique claire, lumineuse, précise. Elle peut se dissoudre en présence d'eau.

Il faut peindre rapidement car la couche picturale sèche vite.

La tempera compte parmi les plus anciennes techniques picturales. On la trouvait dans la peinture antique, égyptienne et romaine, et c'était aussi celle privilégiée par les peintres d'icônes byzantines.

Utilisée également dans de nombreuses églises.

 

Elle domine pendant tout le Moyen Âge, jusqu'au XVe siècle puis on lui préfère la peinture à l'huile, plus résistante et permettant des effets variés.

Aujourd'hui, cette technique ancestrale est réutilisée par de nombreux artistes qui veulent atteindre la perfection dans la transparence et la profondeur des teintes.

 

"Portrait d'un homme" Mantegna (1431-1506) Tempera

 

 

 

 

 

 

 

 

"Portrait de femme" Antonio del Pollaiuolo (1431-1498) Tempera

 

 

 

 

 

"La naissance de Vénus" Sandro Botticelli  (1484) Tempera

 

 

 

 

 

 

Les pigments sont liés à l'aide d'un médium à l'oeuf, rien que le blanc, ou le jaune, ou le blanc et le jaune, et parfois à l'aide d'un médium composé de jaune d'oeuf, de blanc d'oeuf et d'huile de lin.

 

Les ingrédients de base qui peuvent être intégrés dans une émulsion à l'oeuf :

 

Jaune d'oeuf (rôle de liant au satiné merveilleux, ne pas utiliser la membrane dans le mélange) ou le blanc.

 

Huiles Standolie (huile végétale portée à très haute température et qui aura une viscosité plus ou moins élevée), Huile d'oeillette (ou huile de pavot, qui chauffée sera employée pour la peinture, car très siccative), Huile de lin, glycérine.

 

Essence d'aspic : obtenue par distillation de lavande. Son utilisation confère aux couleurs une pâte onctueuse grâce à sa lente volatilité;

 

Vinaigre blanc qui prolonge la conservation de la pâte (à utiliser avec modération)

 

Miel 

 

La recette la plus simple : Un volume d'oeuf entier, bien le mélanger avec un volume d'huile de lin, et un volume d'eau, et ajouter à ce mélange votre pigment en poudre.

 

Autre recette uniquement à l'oeuf :

 

1-On sépare le jaune d'un oeuf, du blanc

2-On perce la membrane extérieure du jaune (avec une seringue) et on l'enlève

3-On fait glisser le jaune, sans la membrane dans un contenant en verre propre

4-On mélange le pigment avec de l'eau pour faire une pâte

5-TRES IMPORTANT : On ajoute le liant (oeuf) au fur et à mesure que l'on peint, car le jaune d'oeuf sèche très rapidement et n'est pas modifiable une fois sec.

 

Une fois vos couleurs réalisées, il est possible de les mettre dans des cylindres en aluminium, avec une étiquette, une bonne pince spéciale pour les fermer et fabriquer ainsi ses propres tubes de peinture.

 

Les magasins de fournitures proposent aussi des "kits" tempera, Sennelier entre autre.

 

La mode est au bio, avec cette technique pas d'odeur, du naturel...Rien que du naturel.



29/07/2012
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres