Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LES GLACIS A L'HUILE

LES GLACIS A L'HUILE

 

Un glacis est une composition colorée transparente, appliquée sur une couche de peinture séche, parfois en cours de séchage pour en modifier la couleur.

Il a pour but de rendre l'effet de transparence des tissus ou la couleur de la chair.

Ce sont les peintres primitifs flamands qui ont inventé cette superposition de couleurs (auparavant on peignait à la détrempe : pigments et eau).

C'est Jan van Eyck et son frère qui ont peint le premier tableau à l'huile :"Rétable de l'agneau mystique" polyptyque de 3,50 de hauteur sur 4,50 de largeur (que l'on peut voir à la cathédrale Saint Bavon à Gand en Belgique) et qui nous montre que plusieurs couches de glacis peuvent donner l'impression d'un fini semblable à de l'émail.

 

 

 

 

 

LEONARD DE VINCI ET SON "SFUMATO"

 

Léonard avait une manière particulière de poser la couleur sur la toile : il tenait à ce que les formes soient estompées, les contours fluides de manière à obtenir ce fameux et merveilleux "sfumato", caractéristique de ses oeuvres.

Sfumato qui pourrait se traduire par dérivé de fumée ou brouillage, sans lignes ni contours, à la façon de la fumée.

Seules les ombres principales étaient donc clairement indiquées sur la toile.

Léonard retravaillait ensuite volumes et contours en apposant de fins glacis colorés qui donnaient à l'oeuvre toute sa subltilité chromatique.

Parfois une trentaine de couches. Chaque couche de 1 à 2 microns, pour une épaisseur totale ne dépassant pas 30 à 40 microns, demandait un temps de séchage de plusieurs jours à quelques mois.

La Joconde aurait mis quatre ans à être traitée.

La partie superficielle du tableau correspond à une superposition de couches de "terre d'ombre" et un ocre contenant un peu de manganèse caractéristique d'un glacis.

La seconde couche est un mélange de 1% de vermillon et 99% de blanc de plomb.

 

Je fais un aparté sur la "Joconde":

 

Tableau telllement mystérieux, qui a suscité tellement d'interrogations..Et ce n'est pas fini l'histoire continue.

Pourquoi le paysage derrière elle est si incohérent?. Des montagnes à droite et le sourire remonte à droite. Paysage plus bas à gauche et le sourire redescend. Elle ne sourit qu'un côté...Un côté triste et un côté gai..Fugacité du bonheur? Etrange cette cassure de la ligne d'horizon, plus haute à droite qu'à gauche...Pas habituel, ce ne peut être une erreur aussi grossière faite par un des plus grands peintres.

Encore un message comme il avait l'habitude d'en concevoir?

 

 

 

 

 

 

Même les axes sont différents...

 

 

 

Il semblerait que des lettres et des chiffres apparaissent dans les yeux de Mona Lisa (sourcils et cils épilés comme le voulait la mode de l'époque) A l'oeil nu, on ne peut pas percevoir ces symboles mais avec une loupe oui. Dans l'oeil droit les lettres L et V sont visibles. Dans l'oeil gauche les symboles seraient moins visibles. Lettres C et E ou B et le nombre 72 ou la lettre L et un 2....A suivre...

 

Avez-vous remarqué parmi toutes les peintures que vous avez pu voir dans les musées, d'autres tableaux d'avant 1500, où les personnages souriaient?

Non tous avaient l'air sévère et sérieux.

 

Le sourire était considéré comme inadmissible et scandaleux.

Un seul autre tableau est connu pour son sourire...Ou rictus...

 

 

 

"L'homme qui rit" d'Antonello de Messine (musée de Cefalù en Sicile)

 

On ignore l'identité de l'homme qui est représenté. 
C'est le premier tableau connu d'un personnage souriant dans la peinture occidentale avant que Léonard de Vinci ne commence la "Joconde" en 1503.

Ce sourire renoue avec ceux des kouroi grecs : statue de jeune homme nu, debout de face, le pied gauche en avant, les bras le long du corps, caractéristique de la sculpture grecque archaique.

 

 

 

 

Deux mille ans sans représentation du sourire...Chappe de plomb de la morale et de la chétienté.

 

 

Revenons aux glacis:

 

 

LES COULEURS ET LES GLACIS A L'HUILE :

 

Les glacis foncent une couleur plus claire.

 

Les glacis peuvent produire une nouvelle couleur : une couleur du dessous jaune, si on lui ajoute un glacis bleu, on obtiendra une nouvelle couleur : vert. Vert d'une pureté impossible à faire en mélangeant ces deux même couleurs sur une palette.

 

Les glacis modifient la profondeur d'une couleur : la couleur traitée deviendra plus éclatante.

 

Sur les tubes de couleurs, il est spécifié soit "transparent", "semi-transparent" ou "couvrant".

 

La couleur utilisée pour le glacis devra être transparente ou peu couvrante.

L'huile de lin est ajoutée ou du white spirit.

 

Les principales couleurs transparentes sont:

 

Dans les rouges : laque de garance, rouge vif, grenat et carlin d'alizarine.

Dans les violets : violet bleuté, violet d'Egypte et violet permanent.

Dans les bleus : outremer foncé et clair, bleu de Prusse, indien, hortensia, Hoggar, touareg et saphir.

Dans les verts : anglais, vert de vessie et olive.

Dans les oranges : orange de mars, indien

Dans les jaunes : indien et ocre jaune.

 

Mélanger la couleur avec du médium (huile de lin et térébenthine)

     - médium Van Eyck (086) de Talens

     - médium Turner de Sennelier

     - médium flamand de Lefranc Bourgeois.

 

Etaler au pinceau doux (pas de poils de porc) plutôt souple en martre ou poils de nylon et pas trop petit.

On ne doit pas voir la trace du pinceau.

Laisser sécher au moins une semaine.

Travailler en couches superposées jusqu'à l'effet recherché. (même au doigt par petits cercles)

 

Sur un fond dans les bruns, faire un glacis alizarine (transparent) qui donnera un ton plus chaud ou violet (transparent) qui foncera en donnant de la profondeur.

Si on souhaite un vert profond et lumineux, peindre en jaune la sous-couche et ajouter un glacis bleuté avec du bleu de Prusse ou de l'outremer (transparent)

Sur du jaune ajouter du violet d'Egypte (transparent) qui donnera un brun ocre subtil.

Sur un vert fade, ajouter un jaune citron (pas cadmium) ou un vert émeraude ou vert de Hooker (transparent)

Sur un jaune citron un glacis de magenta (transparent) fera un bel orangé.

 

 

 

Bel exemple de glacis...

 

Le prochain article sera consacré aux glacis à l'aquarelle.



24/06/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 639 autres membres