Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

LE PAPIER POUR L'AQUARELLE

 

HISTOIRE DU PAPIER :

 

Ce sont les Egyptiens les premiers qui vont inventer le papier le plus proche de celui que l'on connait aujourd'hui, grâce au papyrus, (tiges écrasées, assemblées en couches et en quadrillage).

 

 

 

 

 

Mais la préparation est délicate, coûteuse, elle se dégrade à l'humidité, peut être mangée par les insectes, impossibilité de plier la feuille.

 

Le parchemin obtenu à partir de la peau d'animaux (chèvre, mouton, veau) est résistant, mais s'efface et le coût est très élevé.

 

La découverte du papier par les chinois, remonte à l'an 105 après J.-C, attribuée au Ministre de l'Agriculture Tsai-Lun.

Il observe les véritables inventeurs du papier : les guêpes.

Il réussit à l'aide de vieux chiffons et d'écorces réduits en bouillie, à fabriquer une pâte, qui passée au tamis et séchée, donne une feuille éclatante de blancheur.

Ce n'est qu'au VIIe siècle que les Japonais l'utilisèrent comme support d'écriture.

 

On trouve des moulins à papier à Cordoue et Séville au XIe siècle, puis ce sont les Italiens qui installèrent les premières fabriques de papier vers 1250.

En France, le premier moulin connu fut installé près de Troyes en 1348.

Peu à peu, cette nouvelle industrie se développe partout en Europe et l'invention de l'imprimerie par Gutenberg en 1445, lui donne un essor considérable.

 

Vers 1850, apparait la première machine à fabriquer le carton multicouche.

 

Dans la composition du papier aquarelle, on met de la fibre de coton, qui est transformée en pâte par une opération de trempage pendant plusieurs heures. Puis on ajoute du carbonate de sodium pour neutraliser l'acidité naturelle de la fibre et équilibrer le pH, sinon le papier risquerait de jaunir.

 

LE GRAMMAGE DU PAPIER AQUARELLE:

 

185 g/m2 : fragile, supporte peu l'eau (bon pour l'encre, le fusain, le crayon ou les lavis à sec)

 

300 g/m2 : il convient de fixer la feuille pour des travaux très mouillés, ou utiliser des blocs.

 

640 g/m2 : ne gondole pas, utile pour des aquarelles très mouillées.

 

850 g/m2 : grain très marqué, papier à toute épreuve.

 

LE GRAIN :

 

FIN: surface lisse, plus difficile à mouiller, peut être utilisé pour des portraits.

 

TORCHON : donne du relief, pour des portraits typés, bel effet de matière des vielles pierres.

 

SATINE: difficile à travailler, l'eau glisse dessus, à tenter selon les sujets.

 

Vérifier que les papiers sont sans acide, sinon ils risqueraient de se dégrader à la longue.

 

En général, je travaille sur des blocs collés sur les quatre côtés. 

Quand mon aquarelle est finie, je passe une lame de cutter sur le coin ouvert pour ôter la feuille.

L'avantage quand je peins en extérieur, mon papier ne gondole pas, même avec l'eau et cela me sert de support stable, même sur les genoux.

 

Ma préférence va à "AQUARELLE ARCHES" (la référence pour beaucoup d'aquarellistes) 300 g/m2 (grain fin ou torchon) un peu plus cher que certaines autres marques, mais le résultat est tellement mieux.

 

 

(le torchon est parfois plus difficile pour les débutants)

 

Un petit peu d'histoire :

 

En 1492, les moulins d'Arches, village au sud d'Epinal, dans les Vosges, se tournent vers une fabrication de haute gamme.

La "Chronique de Gutenberg" de Dürer est imprimée par les Moulins Arches et publiée en 1493.

Ce papier est stable, il se déforme peu quand il est mouillé, grâce aux fibres longues du coton.

Le collage des feuilles est fait avec une gélatine naturelle et le rendu des couleurs est très intéressant.

 

En tout cas je travaille très rarement en dessous de 300 g.

 

Le papier DALER ROWNEY 300 g/m2 aquafine, moins cher, bonne texture et également de la même marque "The Langton prestige" 100% coton.

Mais il y a plein d'autres marques de bonne qualité.

 

A L'ERE DE L'INFORMATIQUE :

 

Le papier aquarelle pour imprimante :

 

 

 

Les avantages :

-Restitution des couleurs

- Grain apparent moyen

-Blanc naturel

-Sèche vite

-Prix correct (revient à 1,49 euros le tirage A4) vendu par 10 feuilles.

 

Utilisation :      

-Création d'un album

-Cartes de voeux

 

On trouve différentes marques pour ces papiers, pour tous types d'imprimantes.

En fait, une belle photocopie d'une de vos oeuvres, sur un papier aquarelle.

 

En conclusion, pour choisir son papier, il faut commencer à dessiner un même sujet sur différents grammages, peu chers au début, pour essayer de trouver le papier qui vous correspond et qui rendra le plus bel effet.

 



14/12/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 684 autres membres