Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

BIEN PHOTOGRAPHIER POUR PEINDRE APRÈS

Paris, entre 1852 et 1870 se transforme, se modernise, sous l'influence de Napoléon III et du préfet Haussmann.

 

 

En effet, Paris était une ville médiévale, aux ruelles étroites et insalubres.

Le plan d'urbanisation adopté par le baron Haussmann, est fondé sur l'efficacité de la ligne droite et le culte de l'axe.

Rues, boulevards, toits et façades font l'objet d'une réglementation qui va changer l'aspect esthétique de la capitale (les hauteurs d'immeubles doivent être alignées) et ainsi offrir à l'oeil, des perspectives nouvelles.

C'est grâce à cette nouvelle architecture que des peintres comme Gustave Caillebotte (1848-1894), une des figures majeures de l'Impressionnisme, s'est spécialisé dans les perspectives, plongée et contre plongée et rupture de la symétrie.

Procédés utilisés par les photographes, dont son frère: Martial.

 

"Autoportrait" Gustave Caillebotte

 

 

 

"Les peintres en bâtiment" 1877

 

 

 

 

"Un balcon" 1880

 

 

 

"Boulevard des Italiens"1880

 

 

 

 

"Boulevard Haussmann"

 

 

 

"Le pont de l'Europe" 1876

 

 

 

"Rue Halevy"

 

 

 

"Rue de Paris et temps de pluie"

 

 

 

Très belle composition de perspective.

 

artifex

 

Au centre, l'immeuble offre une perspective à deux points de fuite (A et B).

Le réverbère partage le tableau en deux parties égales.

La ligne d'horizon se situe à hauteur des yeux du spectateur et traverse la tête de tous les personnages.

(Impression d'être soi-même un passant en train de croiser ce couple du premier plan)

Le couple du premier plan est grand, les autres personnes au fur et à mesure qu'elles s'éloignent deviennent plus petites (loi de la perspective).

Abondance de formes géométriques, rectangles et triangles (les parapluies).

La perspective mise en place par le peintre rend compte de l'harmonie de l'architecture.

Son style se rapproche de la photographie, il est rigoureux.

Gustave Caillebotte a peint avec les yeux d'un photographe à travers un objectif.

 

Quand nous prenons des photos pour en faire  des aquarelles ou des huiles, il faut essayer de "penser" la photo pour pouvoir après exploiter au mieux, le cadrage et les couleurs.

Il faut saisir les ombres et les lumières et la perspective la plus élégante que l'on veut donner au sujet.

 

La perspective existait déjà à l'époque!...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant...

 

 

 

"Arles" même principe

 

 

 

 

Cette porte a peu d'intérêt pour la suite. Si elle avait été éclairée par du soleil avec de belles ombres cela aurait changé l'approche.

 

 

 

 

Celle-ci, cadrée ainsi est plus intéressante...

 

 

 

 

Il est très important de bien prendre ses photos, de regarder : le cadrage, les lignes verticales ou horizontales, les couleurs, les ombres, les lumières et la perspective.

Imprimez votre photo en noir et blanc, vous vous rendrez mieux compte des nuances qui vont du blanc au noir, en passant par toutes les nuances de gris.

 

 

 

Bizarrement se baser sur le noir et blanc permet de mieux gérer la couleur après.

 



05/04/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 652 autres membres