Mon atelier de peintre

Mon atelier de peintre

UNE FEMME, UN SIECLE : Début du XXème siècle par ALICE

Dans cette rubrique : "Une femme, un siècle" j'ai imaginé l'héroïne et ses propos mais toutes les personnes, sujets et anecdotes qui apparaissent dans ce récit sont réels.

 

Bienvenue dans le début du XXème siècle d'ALICE

 

 

Chapitre 1 :

 

"Je m'appelle Alice et je suis venue de ma campagne lorraine pour travailler à Paris."

 

Les grands magasins de la capitale avaient tous besoin de personnel.

Je dois écrire une lettre ce jour à ma cousine qui habite dans la Loire, car elle voudrait trouver un emploi dans un de ces grands magasins parisiens qui font rêver les femmes...

Elle hésite, mais je vais bien lui expliquer dans ce courrier, les lieux où elle pourrait postuler et le grand magasin dans lequel je travaille, au rayon des cosmétiques.

 

 

"Ma chère cousine, souviens toi des petits magasins d'antan qui vendaient chacun une spécialité comme la mercerie qui vendait du fil, le chapelier, des chapeaux...

L'entrée n'était pas libre, il fallait se rendre au comptoir et acheter obligatoirement un objet si on était entré.

Les prix n'étaient pas affichés sur les produits et selon le client, le prix différait...

Il était interdit de toucher aux articles exposés.

 

Ici un magasin de vases :

 

 

boutique-céramique-1820-gravure

 

 

C'est grâce à Napoléon III et au baron Haussmann que les rues sombres et humides de Paris ont laissé la place à de grandes artères avec des bâtiments de plusieurs étages.

 

Ma chère cousine, j'ai le plaisir de t'informer que je viens d'être nommée "Première vendeuse" du rayon cosmétiques, dans le premier grand magasin au monde : "AU BON MARCHE" créé en 1852 par monsieur Aristide BOUCICAUT rue de Sèvres.

 

 

260px-Bouguereau_-_aristide_boucicaut

 

visuel_le-bon-marche

 

 

 

Grands_Magasins_au_bon_marché_2

 

 

C'est monsieur Boucicaut qui a inventé le "profil "de la cliente invitée à découvrir ce lieu d'abondance de produits différents et de beauté dans un seul endroit. 

Pour la première fois, les prix dont fixes et affichés et on peut toucher les objets exposés.

 

Des petits cadeaux et des boissons sont offerts, une vendeuse suit la cliente avec une chaise et une autre porte les paquets.

 

Luxe incroyable, les clientes peuvent même aller aux toilettes...
Pour les hommes qui accompagnent leurs épouses, de confortables salons de lecture sont aménagés.

 

Monsieur Boucicaut a inventé la mode saisonnière, la livraison à domicile, la vente par correspondance et le "satisfait-remboursé".

 

A la suite des fêtes de fin d'année, les rayons du Bon Marché étaient vides.

Monsieur Boucicaut a alors l'idée de faire fabriquer du linge de maison et pour relancer les ventes, le prix du linge sera vendu à prix cassé pendant une semaine puis durant tout le mois.
Ce sera la tradition du "Mois du blanc" en janvier.

 

 

au_bon_marché_catalogue_blanc-714x1024

 

 

 

Félix Valloton a peint ce tableau qui te montre le nombre de femmes qui déambulent dans nos rayons et ce, du matin jusqu'à la fermeture des portes du magasin :

 

 

download

 

 

 

Tu sais que grâce à la Révolution Industrielle, les trains sont de plus en plus nombreux et amènent un grand nombre de clients et marchandises dans nos villes dont Paris.

 

 

CHAPITRE 2

 

On dit que Jules Jaluzot qui était chef de rayon des soieries au Bon Marché, a épousé une de ses fidèles clientes. Grâce à la fortune de sa femme, il a pu ainsi ouvrir en 1865, son propre magasin avec Jean-Alfred Duclos : "Au Printemps" boulevard Haussmann

 

 

Jules JALUZOT

 

download-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CEslvpJWoAAp_Su

 

 

 

printemps1920

 

 

En 1866, l'idée de vendre des produits défraichis à prix "cassés", les "soldes" va conférer au Printemps une plus grande renommée encore.

 

En 1924, c'est le début des animations de vitrines pour les fêtes de fin d'année.
En 1930, les premiers escaliers roulants sont installés et appelés "Escalators".

 

 

 

François Xavier RUEL, Lyonnais d'origine, vend des articles de bonneterie présentés dans de grands parapluies sur le trottoir. Les ventes s'avèrent meilleures au coin de la rue de Rivoli et de la rue des Archives, alors il ouvre un petit magasin à cet endroit en 1856.

 

 

71279_071116-Fran_ois-Xavier-Ruel

 

 

Le destin est parfois au détour d'une rue !

L'Impératrice Eugénie passe devant son magasin quand les chevaux de son attelage s'emballent.

Francois-Xavier parvient à les maitriser.

Reconnaissante, l'Impératrice lui accorde une somme importante qui va lui permettre d'agrandir son magasin qui s'appellera d'abord le "Bazar Napoléon" puis le BHV "Le Bazar de l'Hôtel de Ville".

 

Si le but premier était d'attirer les clientes de la bourgeoisie, il fut le premier à miser sur une clientèle masculine en proposant de l'outillage pour les menus travaux de la maison.

 

 

bhv-bazar-hotel-de-ville-le-marais-mood-paris-2022-6

 

 

 

Deux cousins : Théophile BADER et Alphonse KAHN vont créer en 1895 les "Galeries Lafayette".

 

 

image_1326672_20210203_ob_49e21f_galeries-lafayette-4c

 

 

 

vdm_historique_accueil_1_vdm

 

 

 

C'est en 1912, que le grand magasin a inauguré la superbe coupole à 43 m de haut soutenue par dix piliers en béton, matériau nouveau pour l'époque.

Ce sont des artistes majeurs de l'Ecole de Nancy qui ont réalisé la décoration style Art Nouveau de ce magasin de luxe.

Jacques Gruber pour les vitraux de la Coupole. Louis Majorelle pour la rampe d'escalier inspirée de l'Opéra de Paris et pour les ferronneries des balcons.

 

download-1

 

 

566ece31751532a30f656e2230340a9c

 

1gl12

 

 

 

download-2

 

 

1gl11

 

 

Théophile Bader diversifie les rayons : jouets, arts de la table, confection pour hommes et ameublement.

Il crée une crèche pour les enfants des employés, une caisse de secours et une caisse de retraite.

 

 

 

La "SAMARITAINE" a ouvert ses portes en 1900 grâce à Ernest Cognacq, vendeur de cravates dans un parapluie sur le Pont-Neuf.

Son épouse, Marie-Louise Jay, le rejoint après avoir été première vendeuse au rayon des confections au magasin Au Bon Marché.

Une nouveauté : les femmes peuvent essayer les vêtements.

 

 

19300

 

 

 

44d0708767d16d7f9cb150194f947704

 

 

10caphotolatil073_Bay_OmarFacelli

 

 

 

il faut le voir pour le croire, les Grands Magasins deviennent un lieu où l'on peut rester plusieurs heures.

Ils proposent des animations, des expositions, des salons de thé et gardent même les enfants pendant que les clientes flânent dans les allées.

 

 

CHAPITRE 3 :

 

 

Ma chère cousine, tu n'imagines pas comme travailler dans ces magasins est un émerveillement constant.

Et puis nous sommes devenues des femmes indépendantes grâce à ces emplois, même si les salaires sont bas.

Mais beaucoup plus intéressant que d'être à la campagne sous le joug de nos pères ou maris...

 

Je ne te cache pas que pour trouver un emploi de vendeuse ou demoiselle de magasin, c'est très difficile et nécessite parfois du "piston".

 

La majorité des personnes qui sont employées sont des femmes.

il y a entre 7000 et 8000 demandes d'emplois chaque année et il ne faut pas avoir dépassé 20 ans.

 

On m'a dit que 4500 personnes travaillent au Bon Marché, 2500 à la Samaritaine, 1300 au Printemps et 2700 aux Galerie Lafayette.

 

Depuis 1901, les députés ont voté une loi qui nous permet maintenant de nous asseoir de temps en temps pour nous reposer.

Rends-toi compte : avant il nous fallait être souriante et debout sans pause durant dix à douze heures par jour...

 

Tu sais, il y a d'autres postes que ceux de vendeuses :

 

-Les débitrices (l'emploi le plus modeste" consiste à recevoir les fiches de ventes des mains des vendeuses, à accompagner les clientes jusqu'à la caisse et annoncer les ventes effectuées au comptable.

 

-Les manutentionnaires

-Les employés à la publicité

-Les employés aux écritures

-Les dactylos

 

Je pense que tu veux avoir une idée des salaires...

 

Une vendeuse gagne entre 1 600 et 1 800 F par an.

Mais selon la catégorie des rayons et l'importance de la ristourne sur les ventes réalisées par les vendeuses, certaines ont beaucoup de chance.

La duchesse d'Uzès a acheté à ma collègue, une layette pour 30 000 F et Sarah Bernhardt a pris pour elle un manteau en zibeline à 15 000 F.

 

Les vacances annuelles payées n'existent pas pour le petit personnel, seuls les chefs et sous chefs en bénéficient.

 

Avant de finir cette lettre, je vais te parler du rayon dont j'ai la charge : les cosmétiques et les parfums.

 

Le parfum que je vends le plus est celui de la marque COTY. C'est François Coty qui l'a créé en 1904 : "La rose Jacqueminot".

 

M COTY

 

 

Il est présenté dans un flacon conçu par Baccarat

 

download-1

 

 

 

 

Mais aussi présenté dans un flacon du verrier René Lalique

 

 

 

COTY_FLACON

 

 

Avant le maquillage était surtout porté par les prostituées ou les "Cocottes". Maintenant il s'adresse aux artistes, au monde festif de la nuit et aux femmes qui travaillent ou pas.

 

J'ai la chance d'avoir dans mon rayon, les produits les plus en vogue.

 

"Ne m'oubliez pas", premier rouge à lèvre en bâton inventé par Guerlain, à base de cire de bougie, beurre et extrait de pamplemousse.

 

C'est l'Américain Maurice Levy qui a inventé le premier rouge à lèvre dans un tube métallique avec un système coulissant.

 

C'est Sarah Bernhardt qui popularisera le maquillage des lèvres en public, en osant porter une bouche "rouge".

 

4BFD7F-visu2

 

 

Et pour les cils, le "Cake mascara" de chez Maybelline

 

 

Inventé par Tom-Lyle Williams en 1917 : c'est un pain de mascara fait de poussière de charbon et de vaseline. Il suffit de mouiller la petite brosse, frotter le cake avec la brosse et la passer sur les cils.

Cela donne un regard magnifique, un regard "d'actrice"...

Très économique, il dure longtemps mais il faut bien nettoyer la brosse à l'eau après usage.

 

 

images

 

 

 

Ma chère cousine, j'arrête ici pour aujourd'hui.

J'attends de tes nouvelles avec impatience et si je peux t'aider à trouver un emploi, je le ferai bien volontiers.

 

Avec toute mon affection, ta cousine Alice.

 

 

J'espère que cette promenade dans mon siècle vous aura plu...

 

 

PS: Si vous avez aimé "Downton Abbey", vous adorerez la série : Mr Selfridge

 

download

 

Harry Gordon Selfridge, lance en 1909 le premier grand magasin londonien.

C'est la véritable histoire de cet Américain visionnaire.

 

(Coffret DVD de 4 saisons)

 



30/09/2022
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 506 autres membres